Saint-Lunaire et les mystères de l'existence

Variations imprévisibles sur l'existence et ses produits dérivés.

lundi 24 janvier

La preuve

L'autre jour, en rentrant de la boulangerie, je suis tombé sur un opuscule mathématique traitant de choses complexes avec simplicité, comme souvent lorsque c'est écrit par un grand esprit.

A un détour de paragraphe, l'auteur y compare en une ligne les forces respectives des preuves mathématiques et juridiques.

Chacun le sait, les maths ont ceci de rassurant que nul ne peut construire sans preuve. La preuve est ce qui permet de lier une brique aux précédentes. Sans ce ciment logique, un mur de certitudes est instable et s'écroule au premier soupir, comme la maison des deux premiers petits cochons.

En mathématiques, une seule preuve suffit. Mais elle doit être aboutie. Une infinité de demi-preuves, ou d'indices concordants, ne prouve rien du tout. Cette prudence fait que certaines assertions a priori évidentes peuvent rester non démontrées pendant des siècles si nécessaire. On les appelle alors des conjectures. Des trucs admis mais pas encore prouvés, faute d'astuce peut-être, ou surtout, faute d'outils.

En revanche, la justice se devant d'être non pas expéditive mais au moins expédiée avant l'extinction, de vieillesse, des coupables présumés, il semble nécessaire de se contenter de preuves incomplètes pour autant qu'elles soient alors nombreuses, et d'un jugement conjectural, justement, faute de mieux.

Ainsi, pour les rigoureuses contraintes de l'esprit, la preuve est indispensable.
Mais pour exercer une contrainte par corps, ou un simple jugement, on se contente d'indices concordants et d'une intime conviction.
Quant à notre troisième part, l'âme et sa béatitude ultérieure, c'est encore plus simple: pas besoin de preuve, même pas besoin d'indice, il suffit juste d'y croire.

Voilà pourquoi il y a si peu de mathématiciens, tant de juges, et toutes ces brebis.

Note émise par saint_lunaire à 00:00 - Couleurs des mots - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    Rituel

    Et... c'est jour de Grand Sacrifice ?
    Vous tranchez dans le vif ? Retranchez ? Pesez le tout dans la grande Balance des équités impossibles ?

    Posté par O4vents, lundi 24 janvier à 22:38
  • 04vents >> c'est déjà passé, l'Aïd-El-Idha, je crois bien. Et non, je ne pèse rien, ou alors mes mots, et rarement.

    Posté par saint_lunaire, lundi 24 janvier à 23:30
  • Intérior intimo méo...

    Mon âme,, dit le poète , est une infante en robe de parade...
    En avez vous aussi l'intime conviction?

    Et puisque il est des soirs étranges où les fleurs ont une âme...qu'en est t-il des brebis?

    Posté par Anonyme Touryste, mardi 25 janvier à 14:48
  • excellent raisonnement!!!

    Posté par tgtg, mardi 25 janvier à 22:15
  • A.T. >> ces soirs là, les brebis mangent les fleurs.

    Posté par saint_lunaire, mercredi 26 janvier à 18:23
  • tgtg >> excellent jugement!

    Posté par saint_lunaire, mercredi 26 janvier à 18:24
  • n'est-ce pas)))

    Posté par tgtg, jeudi 27 janvier à 22:44
  • Mesrine un jour de ....

    ... ces sont des humains .... pas des bêtes ! Messieurs.

    Posté par arobase58, lundi 31 janvier à 23:13

Ecrire un commentaire