Saint-Lunaire et les mystères de l'existence

Variations imprévisibles sur l'existence et ses produits dérivés.

mardi 28 décembre

Réflexion orange



Une "réflexion orange" de Piotr Kowalik.

Non, ce n'est pas ukrainien, ni post-halloweenien, ni marmeladien d'abricot. Ce n'est même pas un bâton touilleur oublié dans un bassin de tétrachlorofluorure d'isopropyltoluène soufré. Ce n'est pas non plus le sommet de la tour Eiffel un jour de grande pollution estivale, même si ça fait un peu chimique.

C'est juste une réflexion orange, comme il dit.

Certains ont des réflexions à brûle-pourpoint, ou à tout bout de champ, mais pas lui. Lui c'est des réflexions orange.

A priori on pourrait croire qu'une banale réflexion orange renvoie moins bien une image qu'un miroir glacé. En fait non. On s'y voit mieux. L'esprit se noie dans la couleur et s'accroche au premier morceau de bois qui passe. Et c'est une fois accroché qu'il s'échappe, appuyé sur cette seule forme reconnaissable.

On se demande en effet ce qu'il fiche là, ce bâton. Pourquoi il est fiché là, plus précisément. Etait-ce intentionnel ? Parce qu'il n'y a que l'intention qui compte, en photo. Et cet angle, surtout ? Ben oui tiens, pourquoi cet angle ? On dirait celui d'une flèche qui vient de se planter en vibrant avec un message attaché au bout. Ou alors c'était une pancarte qui a été arrachée par un collectionneur de pancartes profitant d'une brume complice. Alors on se perd un peu dans quelques réflexions sur les messages, les signes de piste, les collectionneurs, les brumes et les complicités.

Et puis en reculant un peu, on imagine une mouette, ou une déchirure, ou une inégalité.

Une inégalité vérifiée: l'espace vide à gauche du signe est bien supérieur à l'espace vide à droite. Une inégalité auto-démontrée. Et qui s'applique à la photo tout entière. Une inégalité réflexive.

En reculant encore, on aperçoit juste une légère imperfection dans un rectangle orange. C'est suffisant pour attiser la curiosité. Peut-être faudrait-il s'approcher de nouveau ?
 
Et quel autre morceau de nous-même allons-nous y trouver planté, nous attendant ?

Note émise par saint_lunaire à 00:00 - Couleurs d'îles - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    A vue de nez...

    ...c'est un filament de safran..
    il a donné sa couleur à cette sauce
    adorée, l'incomparable rougaï aux parfums si subtils, qui accompagnera une simple effilochée
    de poisson blanc de mer.
    Oh ! comme j'ai faim soudain ! Pas vous ?

    Posté par Bibi Aventurière, lundi 03 janvier à 22:32
  • Bibi >> si j'ai très faim, du coup, mais vous devriez goûter, tout de même, que nous soyons tous deux certains qu'il ne s'agisse pas du tétrachlorofluorure...

    Posté par saint_lunaire, mardi 04 janvier à 17:26
  • faim!

    pouvez-vous me donner la recette du rougaï; j'en ai deja mangé; excellent!!!
    merci.
    Cordialement
    j beaudrey

    Posté par jacques, lundi 16 mai à 03:45

Ecrire un commentaire