Saint-Lunaire et les mystères de l'existence

Variations imprévisibles sur l'existence et ses produits dérivés.

mardi 07 décembre

Paris - Marseille - Paris

Aujourd'hui, je n'étais pas là. J'étais en voyage. Un départ au petit matin.

Vous savez quand le beurre est trop froid ou le pain grillé trop fragile, le jus d'orange trop vite avalé, le café trop chaud car on veut le boire trop tôt, et trop laissé à refroidir ensuite (et trop tard pour un deuxième), la rue qu'on descend trop vite parce qu'il fait trop frais, le métro bien trop chaud car on a trop couru, puis la gare trop vaste avec ces quais en trop, cette machine à composter trop stupide évidemment, ce billet trop souvent sorti pour mémoriser place et voiture et ne pas trop parcourir le quai dans trop de sens, mais ce billet qu'on ressort de toute façon à l'entrée du wagon, et puis la place, trop bien pour y croire, juste parfaite, isolée, dans le sens de la marche, une table centrale pour poser ses bouquins, et dans le siège vide en vis à vis, qui sait, une perspective de très jolie brune, vu qu'à trop se presser on était trop en avance.

Rien de mieux que le voyage en TGV. Le départ est d'une douceur absolue. On est assis immobile, on regarde la gare, et les gens, et la gare. Et les gens. A un moment, parfaitement imprévisible, le quai commence à s'enfuir insensiblement en arrière. On sent que c'est irrésistible, alors on l'accompagne un peu des yeux, comme on ferait d'un souvenir que l'on verrait filer vers le passé. Ensuite, le quai est remplacé par quelques décors habituels, puis, au fur et à mesure, par des paysages oubliés.

Mais aujourd'hui était un jour à brume.

Alors ne subsistent que des mondes inconnus. Surtout avec cette brume à grande vitesse dont l'horizon si proche révèle une surprise à chaque instant. Une colline, une forêt, une muraille, des lueurs, une forme étrange d'animal, une surpression-vibration-bleue d'une seconde, un bout de ville, du noir, un morceau de ciel. On n'a pas encore eu le temps d'identifier une sensation qu'en arrive une autre. Cela fait penser à un survol des marais yttrifères de Ventiane, en tapis volant, sur une planète dont j'ai oublié le nom du côté du système Alpha Centauri.

Et puis le soleil se lève.

Et vous éprouvez, à cette seconde où le wagon entier s'illumine, cette même évidence que lorsqu'en avion vous franchissez les nuages: à tout instant, il existe, simultanément, un monde où il fait beau.

Vous réalisez à cette occasion qu'il n'y avait pas de brune dans le siège en face. Mais cela n'a aucune importance, ce jour-là. Le train ralentit déjà. Dans quelques instants ce sera le Vieux-Port.

Le Vieux-Port et ses blancheurs marines.

Puis c'est un rendez-vous, et puis le train du soir.

Note émise par saint_lunaire à 00:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]

Commentaires

    Moi aussi j'aime tant cette arrivée à Marseille !
    Merci pour ce voyage Saint-Lunaire...

    Posté par tita67, jeudi 09 décembre à 09:25
  • Moi aussi j'aime tant cette arrivée à Marseille !
    Merci pour ce voyage Saint-Lunaire...

    Posté par tita67, jeudi 09 décembre à 09:27
  • Merci, trés vivant, trés sensible, trés ressemblant.

    c'est vrai que le train est une chouette manière de voyager, et qu'avec le TGV c'est encore mieux.
    Evidement quand on ne part pas de Paris on ne peut pas aller à Marseille sans faire TGV, metro 2 changements, ou Bus, c'est chouette le bus aussi, et re-TGV.

    Posté par chpong, jeudi 09 décembre à 10:55
  • IdDzen ou IDzap?

    C'était un TV...volant? On dirait un voyage en altitude...
    les effets des psychotropes du Kit sommeil?
    ou vous aviez fumé la moquette?

    Posté par AnOnYme TouRYsTe, jeudi 09 décembre à 10:59
  • C'est bon de vous lire. On a envie d'un thé qui fume, emitouflée dans une grosse couverture, on pense au feu de cheminée, et à la chaleur d'un amour... Merci

    Posté par Mlle A, jeudi 09 décembre à 11:40
  • yttrium

    et en plus j'ai appris ce qu'était l'yttrium!
    Mais surtout compliments et merci de nous avoir permis de vous accompagner dans ce Paris-Marseille

    Posté par pierrot, jeudi 09 décembre à 11:55
  • croyez vous que le TGV Aquitaine-Paris-Aquitaine a le même effet?

    Posté par Epsilon, jeudi 09 décembre à 13:18
  • Puisque vous partez en voyage

    Et nous permettez de vous suivre en ramenant ce plein d'images vibrantes (vous êtes très photo-sensible, vous savez ?)... juste vous dire que c'est bien aussi les départs pas pressé, pressé, le temps arrêté avant le saut pour l'ailleurs devant une vraie tartine, un vrai café et un vrai jus d'orange ... mais, bon, il faut pour cela se lever un peu plus tôt et se donner ainsi le droit à la paresse !

    Posté par o4vents, jeudi 09 décembre à 18:27
  • Une fois de plus, moi touchée en plein coeur. Pour des raisons très familiales et affectives, le train fait tellement partie de mon imaginaire.
    Merci à vous

    Posté par Bibi Aventurière, vendredi 10 décembre à 11:53
  • tita67 >> je vous en prie, on recommence quand vous voulez.

    Posté par saint_lunaire, vendredi 10 décembre à 12:03
  • tita67 >> je vous en prie, on recommence quand vous voulez, vous voyez bien.

    Posté par saint_lunaire, vendredi 10 décembre à 12:03
  • chpong >> j'ai oublié aussi le vaporetto et le funiculaire, mais c'était pour faire sobre.

    Posté par saint_lunaire, vendredi 10 décembre à 12:05
  • AnOn >> puisque vous m'avez l'air d'avoir tout testé, je m'en remets à votre jugement.

    Posté par saint_lunaire, vendredi 10 décembre à 12:06
  • Mlle A >> cela faisait bien longtemps ! Allez donnez-moi votre tasse, j'ai là un Yin Zhen dont vous me direz des nouvelles.

    Posté par saint_lunaire, vendredi 10 décembre à 12:08
  • Pierrot >> ah oui l'yttrium: n.m. Jeux de société. Corps rare indispensable au scrabble.

    Posté par saint_lunaire, vendredi 10 décembre à 12:08
  • Epsilon >> ça risque même d'être épuisant, c'est grand l'Aquitaine.

    Posté par saint_lunaire, vendredi 10 décembre à 13:57
  • o4vents >> ou alors ne pas dormir du tout.

    Posté par saint_lunaire, vendredi 10 décembre à 13:58
  • Bibi >> dans le coeur, dites vous ? Voyons voir...attendez... juste là, là ? Hum, effectivement.

    Posté par saint_lunaire, vendredi 10 décembre à 13:58

Ecrire un commentaire